• Les pignons de pin, on s'en va les ramasser !

    Les pignons de pin se développent sous les écailles des pommes de pin (appelées "pignes" dans le Midi) du pin parasol. Vous trouverez facilement les petites coques directement au sol ou encore enfermées entre les écailles des pommes de pin. Par temps humide les écailles sont complètement refermées mais il suffit que le soleil réapparaisse pour les voir s'ouvrir en grand et libérer ainsi les petits pignons.

    Tous les ans pendant les vacances, on en ramassait un gros sac avec maman : ils lui servaient pour ses recettes mais surtout, avec mes frères, on adorait ça ! Les pignons de pin sont vraiment encore aujourd'hui pour nous trois notre Madeleine de Proust ! La mer, les vacances, la caravane, les premières Amours, l'air iodé, l'odeur des pins, de cette résine si reconnaissable, ce petit goût si particulier ! Tellement de souvenirs me reviennent à les évoquer ...

    Et je perpétue cette tradition ! C'est ludique, les enfants aiment bien cette petite activité, c'est à celui qui en aura ramassé le plus, et c'est économique surtout quand on voit à quel prix ils sont vendus dans le commerce ! Bien sûr, il y a quelques petits inconvénients : on a rapidement les mains noires, on se met à chaque fois de la résine plein les doigts et puis il faut casser la coque afin de récupérer la précieuse et si bonne petite graine. Mais ce n'est pas grave quand on pense au petit trésor qu'on a en échange !

    Les pignons de pin

    Pour casser la coque, munissez-vous d'une pierre ou d'un marteau, assénez un petit coup sec et franc mais pas trop appuyé pour ne pas la réduire en bouillie et la petite graine ivoire apparaîtra !  Ça prend un peu de temps, d'accord, mais ce n'est rien comparé à toutes les saveurs que renferment les coques, au plaisir qu'on a à croquer les graines et à leur utilité en cuisine ! Les pignons arrivent à rancir mais en les gardant dans leur coque, dans une boite hermétique, dans une pièce ou un endroit frais mais non humide ou même dans le bac à légumes de votre frigo et en les cassant au fur et à mesure des besoins, on arrive à les conserver presque toute l'année ...... si on n'a pas tout mangé avant !! 

    Certaines écailles de pommes de pin renferment 1 seule coque ...

    Les pignons de pin
    ... et d'autres 2

    Les pignons de pin
     
    pignons, pignons de pin

    Alors prêts pour le ramassage?  

    Il y a quelques temps je vous ai proposé la recette du Pesto maison. Alors, n'est-ce pas une bonne occasion pour en faire un ?!

    * Crédit photos des pignons de pin : ma maman ! Merci à elle aussi pour l'article qu'elle avait écrit à ce sujet il y a quelques années et dont je me suis inspirée.

    http://ekladata.com/g-DMgcSY1ta1d9g6V1QQ8_ieXzw@501x97.png

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Pourquoi adopter une ou des poules?

    Il y a 10 ans (avant que ça ne devienne une évidence pour beaucoup) que j'ai des poules chez moi.
    J'étais en location à l'époque et mon proprio me faisait des réflexions à ce sujet mais je lui ai tenu tète en lui demandant de relire le bail sur lequel il était nullement écrit que je n'avais pas le droit d'avoir d'animaux quels qu'ils soient.
    De plus, je vivais en milieu rural et notre maire, agriculteur de métier, était déjà convaincu que si les particuliers avaient des poules chez eux, ça aurait un impact bénéfique sur les quantités d'ordures ménagères de notre village ... et il n'avait pas tort !!
    C'est donc avec sa bénédiction et forte de son appui que j'ai pu garder mes ptites poulettes rousses !

    Et avoir des poules, ce n'est que du bonheur ! J'adore les voir sauter après les papillons et courir tète baissée vers nous quand on arrive avec des choses pour elles !
    Les enfants en ont toujours vu à la maison puisque j'en ai pris juste après la naissance de mon fils ainé. Maintenant le grand y va moins mais jusqu'à il n'y a pas longtemps il fallait faire chacun leur tour pour le ramassage des oeufs sinon y avait bagarre !
    Seul Loulou2 se régale toujours d'y aller et même plusieurs fois par jour ... au cas où elles pondraient une 2ème fois !!

    Pourquoi adopter une ou des poules?

    Pour ma part, je n'ai pas beaucoup investi à leur achat car j'ai décidé de prendre des poules de réforme.
    "De réforme" signifie que ce sont des poules de 18 mois (ou 75 semaines), âge auquel les élevages ou les plus petits éleveurs s'en débarrassent faute d'un rendement maxi. Des camions viennent alors chercher l'élevage entier, ou à moitié s'il y a une rotation, et elles sont déportées vers les abattoirs où elles finiront en nuggets ou rillettes.
    Elles sont vendues à bas prix, 2€ à 2.50€ la poule Bio dans les élevages vers chez moi.
    Accueillir des poules de réforme c'est donc les sauver d'une morte certaine et leur offrir une retraite bien méritée, une villégiature où la place ne manque pas et où elles peuvent se la couler douce jusqu'à leur dernière heure !
    Même si certaines de mes poules ont arrêté de pondre, je n'en ai jamais tué, celles qui sont mortes sont parties de vieillesse ou, malheureusement, ont été emportées par la famille renard qui vit pas loin de chez moi.

    Il faudra bien sûr leur  acheter de la nourriture et leur litière.
    Si vous êtes en campagne comme moi, vous trouverez sans nulle doute un agriculteur qui vous vendra blé, maïs et paille pour 3 fois rien. Pour 4 poules, je débourse en moyenne pour 1 an une cinquantaine d'euros pour le blé, le maïs et les bottes de paille.
    La paille pour la litière et les bacs de ponte peut être remplacée par des fougères ramassées par vos soins que vous ferez bien sécher pour éviter la prolifération de bactéries. Les fougères sont non seulement gratuites mais en plus, elles sont un excellent répulsif contre les poux rouges des poules. Mais par contre, ça ne remplace pas un nettoyage et une désinfection régulière du poulailler ! Vous trouverez des traitements anti-poux Bio pour environ 15€ qui dureront très longtemps selon le nombre de poules que vous avez.
    Pensez aussi, pour les traiter, à acheter un flacon de vermifuge bio à 16€ et des poussières qui dure plusieurs années lui aussi.

    Pour leur alimentation, elles ne sont pas difficiles et finissent tous les restes de table (viande, poisson, légumes, pain, pâtes, riz...), se régalent des feuilles de pissenlits du jardin, de vers de terre, limaces et escargots, s'occupent des épluchures des fruits et légumes et réduisent ainsi les déchets des poubelles tout en nous gratifiant chaque jour d'un œuf ! J'ai en moyenne 3,1 œufs par jour pour 4 poules sur 1 an, à savoir qu'à certaines périodes (grands froids, mue ...) elles pondent un peu moins.

    Il leur faudra aussi une habitation : un lieu sûr où passer les nuits, s'abriter et pondre.
    Vous trouverez dans le commerce de jolis poulaillers vendus prêts à l'emploi ou à monter soi-même mais vendus relativement cher.
    Si vous êtes bricoleurs ou avez un compagnon qui l'est, n'hésitez pas à faire le poulailler vous-même. Vous pouvez, en collectant des palettes, en construire un facilement et pour pas un sou ! Laissez parler votre imagination ou suivez un tuto : vous en trouverez facilement sur le net.
    Je vous conseille, si vous êtes à la campagne, de créer un enclos en mettant autour du poulailler un grillage d'environ 1,80 à 2 mètres de haut et en créant un portillon afin de mettre vos poulettes à l'abri des crocs des renards. Ils sont rusés les bougres ! Alors n'oubliez pas d'enterrer le grillage d'environ 20 cm minimum car creuser ne leur fait même pas peur pour obtenir ce qu'ils veulent !
    Si vous êtes en maison, il vous reste certainement du grillage de votre entourage qui pourra vous servir, sinon prenez le moins cher que vous trouverez.

    Dans l'enclos
    Pourquoi adopter une ou des poules? Pourquoi adopter une ou des poules?(Depuis la rédaction du brouillon de cet article, nous avons accueilli 2 poules de plus ce qui fait que nous en avons 6 maintenant. Mais sur les 6, il y en a 2 très vieilles qui ne pondent pratiquement plus, soyons honnête,qui ne pondent plus du tout même!)

    Avoir des poules s'avère aussi fort utile si vous avez un potager car le fumier de poule est un engrais écologique très utile et surtout gratuit.
    Il est très riche en azote, en phosphate et en sels d'ammoniaque ce qui en fait un fumier de qualité.
    Par contre, attention, il faut l'utiliser avec parcimonie car il peut brûler les racines des plantes : ne pas dépasser 1 kg de fumier de poule au mètre carré pour plus de sureté.

    3 avantages encore :
    - offrir des oeufs en cadeau à ses amis ou sa famille, juste comme ça ou à la place d'un bouquet de fleur fait toujours plaisir, vous verrez !
    - vous trouverez facilement des personnes prêtes à acheter votre surplus d’œufs ce qui vous génèrera une petite rentrée d'argent en plus !
    - les vacances ne sont pas un problème, bien au contraire : vous trouverez toujours des voisins proches ou des personnes de votre famille prêtes à donner à manger et à boire à vos poules si en échange vous leur offrez les oeufs qu'ils trouveront. Eux ça leur fera toujours plaisir et vous, ça vous dépannera bien !

    Voilà, vous savez tout, enfin tout de mon expérience personnelle de 10 ans de vie commune avec les Dodues : petit nom moqueur que nous leur donnons car pour certaines, la retraite avec nous leur a bien profité !!

    Pourquoi adopter une ou des poules?
    Donc si vous avez une âme green, envie de contribuer à réduire vos déchets ou tout simplement avez envie de savoir d'où vient ce que vous mangez, n'hésitez pas, les poules, réformées ou pas, sont faites pour vous !

    Pourquoi adopter une ou des poules?
    Merci à ma maman pour son aide lors de la rédaction de cet article

    http://ekladata.com/g-DMgcSY1ta1d9g6V1QQ8_ieXzw@501x97.png

    Pin It

    5 commentaires
  • "boites à lire", "boites à livres" ou "boites à partage" : vous en avez près de chez vous?

    Comme vous l'avez peut-être remarqué vers chez vous, il y a de plus en plus de "boites à lire*", "boites à livres" ou encore "boites à partage" qui s’installent et se développent dans le paysage des grandes villes, des plus petites et même dans les villages.

    Vous pouvez y déposer des livres que vous avez déjà lus et que vous auriez fini par mettre au grenier ou pire à la poubelle par flemme de les mettre en vente sur des sites dédiés ou de les offrir à Emmaüs. Mais vous pouvez aussi les y déposer par simple geste de générosité et de bienveillance envers des personnes qui n'ont peut-être pas de budget à consacrer à ce loisir si précieux et indispensable qu'est la lecture.
    Et bien sûr, non seulement vous pouvez en déposer mais vous pouvez aussi en prendre !
    Le slogan de ces boites de partage collectif et pourrait être :

    "Prends un livre, c’est gratuit. Rends-le, c’est gratuit aussi.
    Et puis si possible, ramènes-en un toi aussi !"

    C'est là aussi une belle idée et un bel exemple d'économie circulaire, thème que j'avais abordé il y a plusieurs mois dans l'article sur le troc alimentaire.
    Il n'y a pas de boite à lire vers chez moi mais il y en a une près de chez mes parents, une dans le parc municipal à côté de chez ma grand-mère et grâce au lien au bas de la page, j'ai vu qu'il y en a aussi une encore plus près de chez elle mais elle/on ne l'avait pas encore vue.

    Il y a un petit mois que cet article était en mode brouillon, pas fini, sans photos, et bien que j'aille 2 fois par semaine voir ma mamie, je n'avais pas pris le temps de faire de clichés.
    A l'époque où j'ai commencé à écrire cet article sur les "boites à lire", je ne connaissais pas l'existence de cette 2ème boite et encore moins le lien pour les localiser (merci à "pleindepetitsriens"). Du coup mon article s'est étoffé et j'ai profité du fait qu'hier avec ma maman nous rendions visite à ma grand-mère pour prendre la boite en photo. La magnifique et chaude (20°) journée printanière qu'il faisait était propice à une promenade et nous avons trouvé cette fameuse 2ème "boite à lire", celle que nous ne connaissions pas. Nous avons été agréablement surprises de voir qu'elle était garnie d'une cinquantaine de beaux livres, plus ou moins récents. Par contre il n'y avait rien pour les enfants, du coup j'étais bien contente d'avoir pris avec moi 2 livres enfants à y déposer : Poil de carotte de Jules Renard et une BD des Schtroumpfs.
    Maman s'est pris La fille de papier de Guillaume Musso et nous avons repéré un San Antonio pour mon papa que maman a pris aussi. Et moi j'ai opté pour un policier de 770 pages : on verra bien ce qu'il vaut !

    "boites à lire", "boites à livres" ou "boites à partage" : y en a-t-il près de chez vous? (lien pour en trouver une)

    Alors si vous voulez lire sans vous ruiner et si vous voulez vous aussi contribuer à ce geste altruiste, anti-gaspi, écologique et économique, vous pourrez trouver les Boites à lire proches de chez vous grâce à l'outil de recherche d'adresses des emplacements des boîtes à lire.

    Alors, vous en avez trouvé près de chez vous?

    *Une boîte à lire est une petite bibliothèque de rue où chacun peut déposer et emprunter des livres gratuitement, privilégiant ainsi l'accès à la culture.

     http://ekladata.com/g-DMgcSY1ta1d9g6V1QQ8_ieXzw@501x97.png

     

    Pin It

    8 commentaires
  • Pas de fric mais envie d'un intérieur verdoyant? Faites des boutures !

    Qui dit nouvelle vie dit aussi compte bancaire au ras des pâquerettes ! Beaucoup de choses à racheter pour avoir un quotidien décent pour mes Loulous et moi et même en récupérant, en recyclant ou en achetant d'occasion, ben ça en fait des sous à sortir.
    Et Noël arrive en plus ! Pfouuu ça met le moral à zéro ... Et, je ne sais pas vous, mais moi, pour me remonter le moral, j'ai besoin d'avoir un intérieur verdoyant, fleuri et gai.
    Le rose ou le blanc des fleurs, le vert tendre ou plus foncé des feuillages, rien de tel pour me donner du pep's ! Mais pas question d'acheter des plantes, malheureusement, c'est un poste de dépenses qui ne rentre pas dans mon budget !
    Et c'est en allant voir ma grand-mère que j'ai eu le déclic !
    Il fait encore bon chez nous en ce moment, 12-13° et même 15 ou 16° certains jours, et une de ses voisines a encore une magnifique misère au feuillage panaché et pourpre, Tradescantia Zebrina, sur son balcon et le vent qui a soufflé assez fort il y a quelques jours a cassé 3 petites tiges dont la jolie couleur a attiré mon regard sur le trottoir. Ni une ni deux, je les ai ramassées et rentrée à la maison, je les ai mises à tremper dans un verre sur le rebord de mon évier. Et vous savez quoi? Seulement 4-5 jours après il y avait déjà des racines !

    Pas de fric mais envie d'un intérieur fleuri? Il y a les boutures !

    C'est une plante que je vous conseille : la jolie couleur pourpre du dessous des feuilles se démarquera au milieu d'autres plantes plus "ordinaires" et illuminera une pièce, elle est de culture très facile et comme je vous disais, elle se bouture hyper facilement. De quoi faire plaisir à des ami.e.s ou à votre famille en multipliant votre plante et en leur offrant des petits pots tout droits venus de chez vous!

    Pas de fric mais envie d'un intérieur fleuri? Il y a les boutures !

    L'intemporel Chlorophytum (connu aussi sous le nom de Phalangère ou de plante araignée) vous séduira tout autant avec ses longues tiges vert tendre, rayées de blanc/crème ou pas et par son côté plante dépolluante..
    Pour le multiplier, il vous suffira de prélever les plantules (bébés) qui poussent au bout de longs stolons qui partent de la base de la plante-mère et de les bouturer (raciner) dans l'eau jusqu'à ce que des racines apparaissent. Si les plantules ont déjà des racines assez longues, mettez-les directement en terre.
    Vous pouvez aussi marcotter le Chlorophytum en disposant autour de la plante-mère des petits pots remplis d'un mélange égal de terre, terreau et sable dans lesquels vous maintiendrez les petites plantules encore accrochées à la plante-mère par les stolons. Les nouveaux bébés Chlorophytum peuvent être séparés généralement au bout de 2 mois. Par contre, ATTENTION, les chats adorent les mâchouiller ! Ce n'est pas dangereux pour eux mais par contre, qu'est-ce que c'est moche après ! Et je vous en parle par expérience !!

    Pas de fric mais envie d'un intérieur fleuri? Il y a les boutures !


    Et dans la liste des plantes d'intérieur faciles à bouturer se trouve la plante à monnaie chinoise plus connue sous le nom de Pilea (peperomioides ou plante du missionnaire) une succulente très tendance depuis quelques temps.
    Il suffit de prélever un de ses rejets à faire raciner dans de l'eau ou à mettre directement dans une terre à toujours garder humide.

    Pas de fric mais envie d'un intérieur fleuri? Il y a les boutures !
    (source Pinterest)

    Pensez aussi aux autres plantes grasses et succulentes (Crassula, Portulacaria par exemple) toutes aussi jolies et qui se bouturent tout aussi facilement en les faisant raciner dans l'eau ou en les mettant directement en terre.
    Vous trouverez bien une copine ou quelqu'un de votre famille qui en a et qui sera ravi de vous offrir un bout de tige : un simple coup d'ongle sous un noeud et hop, à vous une bouture !

    Bouture Portulacaria

    Les miennes sont minuscules mais qu'importe, l'essentiel est la zénitude qu'elles me procurent !

    Pas de fric mais envie d'un intérieur verdoyant? Faites des boutures !

     Allez-y, n'attendez pas pour vous faire plaisir !

    Salade fraicheur (tomates, haricots verts, melon, mozza et jambon cru) 

    Pin It

    6 commentaires
  • Je troque, tu troques, nous troquons
    (source photo:urlz.fr/79Tt)

    Comme je vous disais dans l'article "Tarte à la rhubarbe", j'essaie, quand c'est possible de pratiquer le troc avec mes voisins ou même par le biais d'un site d'annonces de ventes/dons.

    On peut bien sûr le faire pour des objets, des services, des vêtements, avec sa maison en échange pour les vacances ... mais je le pratique avec les produits alimentaires aussi : légumes, fruits, confitures ou même graines ou plants pour le potager ... tout ce qu'on a en trop/qu'on ne veut plus peut être troqué.

    Je m'explique :
    Depuis quelques années j'ai énormément de raisin et même si nous on en mange, et même si j'en donne à mes amis et à ma maman, il m'en reste toujours beaucoup. J'ai donc fait un deal avec mon voisin qui badait devant ma vigne chaque fois qu'il voyait les superbes grappes gorgées de soleil. Comme il est producteur de kiwis, je lui ai proposé du raisin contre des kiwis et il a accepté et j'avoue qu'il est généreux avec moi même.
    Moi je suis réglo : je lui donne 2 kg de raisin et quand c'est le moment, je vais ramasser 2 kg de kiwis chez lui. Mais souvent, quand il a fini sa récolte, il m'en ramène un petit panier de plus ou me dit d'aller en ramasser encore car il laisse sur place ceux qui sont trop petits ou ceux qui sont marqués.
    Tout le monde y gagne : il a du raisin tout frais cueilli et nous avons des kiwis tout frais aussi !



    Un autre voisin, un petit pépé veuf, tout gentil, au visage buriné et creusé de sillons tel un parchemin et qui m'appelle son Petit rayon de soleil (il sait encore parler aux femmes et je craque littéralement à chaque fois!!) me donne tous les ans des petits godets de ses semis (cette année, 3 pieds de tomates Ace et 6 betteraves entre autres) qu'il a en trop. Avec mon petit potager c'est l'idéal, ça me permet d'avoir des légumes dont je n'aurais jamais acheté les graines.
    Avec lui, je dois ruser car il a sa fierté et quand il donne c'est avec le coeur, pas question d'échanges ou de trocs ! Alors de temps en temps je lui apporte des petits choses faites maison mais je ne lui dis pas "C'est pour vous remercier" ou un autre truc comme ça ! Non ! Je lui apporte une part de tarte aux fruits ou aux légumes "pour qu'il me donne son avis", un bocal de fruits au sirop ou de confiture "parce que j'en ai trop fait" ... mais je me demande s'il n'a pas compris ma ruse : en tout cas, il ne m'a jamais rien dit !


    Dernièrement, j'ai tenté le coup avec une de mes voisines, une dame seule avec ses 2 ados bien sympas. Son cerisier croule sous les cerises et je salivais chaque fois que je passais devant. Bien sûr, je pourrais en acheter mais actuellement chez nous elles sont à 5€00 le kilo et malheureusement, si on veut vraiment se faire plaisir, c'est un peu cher pour une grande famille.
    Du coup, je n'ai eu aucun complexe ni honte à sonner à son portillon et je n'ai surtout pas eu l'impression d'abuser d'elle en lui proposant un troc.
    Elle a été surprise, dans le sens étonnée, par la proposition mais a adoré l'idée et a accepté tout de suite. En fait, elle voulait même me les donner mais je lui ai dit non, que ce n'était pas dans ma philosophie, que sinon je n'en prendrais pas !
    C'est ainsi que je me suis retrouvée avec un énorme panier de 5KG500 de cerises (ça ne se voit pas sur la photo car le panier est très grand mais ils y sont je vous l'assure!): on s'en est fait péter le ventre et j'ai aussi fait des clafoutis et des
    confitures qui nous permettrons de nous régaler jusqu'à la saison prochaine.

    Je troque, tu troques, nous troquons


    En échange, je lui ai fait et apporté une tarte à la rhubarbe et je lui ai donné 6 oeufs du jour de nos poules. Cet été je lui offrirai en plus des légumes de notre potager.

    Si vous saviez comme elle était contente ! Rien que pour ça je ne regrette pas d'avoir osé sonner chez elle !

    Et vous, le troc, vous en faites?

    Je troque, tu troques, nous troquonsSalade fraicheur (tomates, haricots verts, melon, mozza et jambon cru)

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique